Stress - Instahelp

Isolation et confinement pendant la période de corona : comment se comporter lorsque les règles sont enfreintes ?

Et encore une personne qui ne respecte pas les distances de sécurité au supermarché, encore un groupe qui profite ensemble du soleil dans un parc. Encore un appel désagréable d’un ami qui trouve tout cela exagéré et ira rendre visite à ses parents.

Evidemment c’est énervant, décevant et fait peur lorsque nous sommes confrontés à des personnes qui ne respectent pas ces règles de confinement. Certains se prennent littéralement pour la police et sur les réseaux sociaux certains se lâchent sur ces personnes non respectueuses des règles imposées.

Nous aimerions parler des possibilités quant à la façon d’aller vers les autres de manière constructive, afin qu’une nouvelle culture émane de ces divisions. Sans contrôle permanent et en renforçant la cohésion du groupe. Avec la collaboration de la psychologue Instahelp Kerstin Jäger nous allons vous montrer comment mieux comprendre les personnes ignorant le confinement et démarrer un dialogue constructif.

Sentiment de peur et stress : pourquoi certaines personnes ne veulent pas respecter les règles.

Que nous décidions de respecter ou non les règles, tout cela dépend de la menace que nous pouvons ressentir quant à l’isolation ou à la solitude.

 

Pour les uns, cela représente la chance de pouvoir avoir un peu de tranquilité, chez les autres cela déclenche peur et stress quant au fait d’avoir du temps pour soi. Pour de nombreuses personnes la structure habituelle de tous les jours leur permet d’avoir sécurité et stabilité. C’est également le moyen d’échapper à divers problèmes personnels. En étant isolé à la maison, il faudrait s’occuper soudainement de soi et certains sujets qui jusqu’à présent avaient été écartés avec succès pourraient remonter à la surface. La volonté de faire face à ces problèmes diminue encore lorsque l’on se sent obligé de le faire.

Des difficultés au sein de notre relation de couple peuvent également être une raison au fait de ne pas vouloir s’isoler à la maison. Ce qui nous dérange depuis longtemps chez l’autre ne peut plus être ignoré surtout si l’on partage 24h de ses journées avec l’autre. Ce n’est pas sans raison que le nombre de conflits augmente ainsi que les’actes de violence domestique (physique ou psychique).

Afin d’écarter au mieux les problèmes que l’on a par rapport à soi-même ou dans une relation, on peut choisir la voie qui semble être pour l’extérieur stupide et incompréhensible. On refuse consciemment les règles, on retrouve des amis pour penser à autre chose et on enferme à nouveaux les problèmes au fond d’une boîte.

Confinement et âge : la peur d’être seul pour toujours.

Ceux que nous devrions protéger ont particulièrement du mal à se conformer à la nouvelle situation. Ils ont grandi dans une société socialisée dans laquelle les discussions avec les voisins ont toujours joué un rôle important. L’acceptation d’un confinement est encore plus faible.

De plus il se trouve que les personnnes âgées vivent souvent seules et ces relations de voisinage sont parfois l’unique facteur de leur routine sociale. Alors que les jeunes déjà à l’annonce de ces mesures de confinement se sont demandés quels programmes de chat ils pourraient installer sur leurs mobiles, les personnes âgées ne disposent pas de ces stratégies de communication modernes leur permettant de conserver leurs activités sociales.

Les personnes âgées développent des peurs très ancrées comme le fait de ne plus avoir la possibilité de revoir leur famille ou leurs amis.

 
Lorsque de tels peurs se développent, il peut arriver que les personnes âgées décident délibérément d’ignorer les nouvelles règles mises en place afin de pouvoir profiter du reste de leur vie même si elles prennent le risque de raccourcir par là-même ce temps restant du fait de leur comportement.

Une autre raison d’enfreindre les règles se retrouve chez la génération de nos grands-parents ayant connu la guerre. Cette génération a une toute autre relation au fait de ne pas avoir le droit de sortir de chez elle. Afin d’éviter de faire ressortir des traumatismes liés à cette situation ils mettent en place des mécanismes qui peuvent entraîner le refus des règles de confinement.

Des normes acquises à des règles totalement nouvelles

Aussi différentes et individuelles que soient les raisons d’enfreindre les règles de confinement, ceci nous concerne tous. Durant notre enfance nous avons dû apprendre les normes sociales et règles de comportement à l’extérieur. Nous devons changer ces normes du jour au lendemain. Il est tout à fait normal dans cette situation d’oublier comment devoir nous comporter et nous sentir bizarre ou agir à reculons.

Des nouvelles normes doivent être acquises, comme dans notre enfance et doivent être perfectionnées jusqu’à ce qu’elles deviennent normales.

 

Nous avons le choix entre le fait de nous énerver et nous emporter contre les personnes qui, pour des raisons variées, ne se comportent pas correctement ou alors utiliser cette situation unique afin de mettre en place une société plus empathique.

Réfléchissez au type de culture à laquelle vous aimeriez participer.

Il est très facile de juger quelqu’un qui ne se comporte pas correctement, car nous ne faisons que constater à un moment donné et nous nous détournons.
Il est plus difficile mais également plus constructif de montrer maintenant de l’empathie, une compétence qui nous servira positivement également à la fin de cette période exceptionnelle. Profitez de cette situation pleine de défi et dépassez-vous, en tentant de vous mettre à la place de l’autre.

Offrez aux personnes qui vous entourent la possibilité de vous parler de manière honnête et ouverte des raisons qui les poussent à agir ainsi et tentez de vous mettre un petit peu à leur place. Une oreille attentive, un échange honnête et des informations factuelles permettent d’approfondir le sentiment de communauté dont nous avons tant besoin aujourd’hui afin de mettre en place des plans de réduction de la pandémie.

S’aider et aider les autres : ce que vous devriez faire ou non

Faites également preuve de patience si des inconnus à proximité ne respectent pas certaines règles. Nous vivons actuellement dans un monde avec des normes totalement nouvelles et il peut encore sembler bizarre de respecter certaines distances de sécurité au supermarché. Décidez en pleine conscience comment vous aimeriez aider les autres à intégrer ces nouvelles normes, en désignant poliment par exemples les marques au sol á la caisse si une personne s’approche trop près de vous.

Soyez créatifs et réfléchissez à la manière dont vous pourriez aider les gens qui vous sont proches.

 

Si vos grands-parents ne savent pas utiliser les nouvelles technologies, vous pourriez par exemple leur envoyer régulièrement du courrier ou leur déposer une lettre devant leur porte, avec de nouvelles photos de leurs petits-enfants. Commencez un challenge cuisine avec cet ami qui se sent seul pendant les repas et montrez-lui vos dernières créations par visioconférence.

Enfin un dernier point important lorsque vous êtes submergé par les sentiments négatifs. Il y aura toujours une personne qui refuse le dialogue et ne veut pas respecter les règles.

Pour cela aussi il y a des raisons, mais il n’est pas de votre responsabilité de forcer cette personne au dialogue afin de modifier son point de vue. Prenez vos distances et protégez-vous. Entourez-vous de personnes prêtes au dialogue, ouvertes et prêtes à agir de concert afin de développer une culture du vivre ensemble.

Crédits d’images: https://www.pexels.com/@Daria Shevtsova