Dépression - Sandra Linde

Le côté obscur du pouvoir : l’histoire de ma dépression

Je l’appelle « le côté obscur du pouvoir », parce que la dépression est incroyablement sombre et a un pouvoir énorme. Comme un trou noir. C’est l’histoire d’une dépression, ma dépression, comment elle arrive à beaucoup d’autres personnes chaque jour. Et le nombre augmente d’année en année.

La longue souffrance de la dépression

C’était un processus rampant. Il a fallu environ un an pour que la dépression prenne toute son ampleur. Une autre année, jusqu’à ce que j’aie admis que j’étais déprimé, puis encore quelques mois, jusqu’à ce que j’aille voir le psychiatre et lui dise : « Plus rien ne marche. J’ai besoin d’aide. »

Incroyable comme l’homme peut souffrir et être coriace. Ce long chemin de souffrance n’aurait pas été nécessaire. Mais comme beaucoup d’autres personnes, j’ai minimisé l’affaire, je me suis dit encore et encore que ça marcherait – malgré les maux. Le lendemain, la semaine suivante, le mois suivant, je peux encore me débrouiller. Et un jour, ça ira mieux.

Mais une fois qu’on est arrivé à un point où plus rien ne fait plaisir, on ne fait que fonctionner, le sommeil devient un mot qui nous échappe et on est complètement épuisé, alors rien ne s’améliore tout simplement comme par magie. Alors on est en pleine dépression, complètement handicapé, paralysé. On se retire, on ne veut plus qu’avoir sa paix, plus rien voir, plus rien entendre et seulement dormir. Rattraper le sommeil pendant la journée qu’on ne pouvait pas trouver la nuit à cause des pensées. Jusqu’au jour où je ne pouvais plus me lever du tout, n’était plus capable de vivre ma vie. À ce moment-là, j’ai dû m’avouer que je n’en pouvais plus, que j’étais déprimé et que j’avais besoin d’aide.

Premiers soins d’un psychiatre

J’ai consulté un psychiatre, reçu un antidépresseur et commencé une psychothérapie. Par la suite, je me suis sentie un peu mieux relativement vite, ne serait-ce que parce que le sentiment d’avoir fait quelque chose contre la dépression m’a donné un coup de pouce. J’ai également décidé d’aller de l’avant et d’en informer ma famille, mes collègues et mes amis. J’ai eu la chance d’avoir beaucoup de compréhension et de considération. On me demandait sans cesse comment j’allais et on m’envoyait un SMS pour me dire qu’on pensait à moi. Il y avait des personnes qui partaient en voyage avec moi, qui me laissaient raconter des histoires, qui cuisinaient pour moi et qui me donnaient le sentiment que je n’étais pas seule. C’était touchant et très utile.

La sortie de la dépression

Le chemin pour sortir d’une dépression qui avait été mon compagnon de route pendant presque deux ans était long et difficile. J’ai eu besoin de beaucoup de patience et la patience n’est pas ma force. Il y avait toujours des petits pas en arrière, j’avais l’impression que je ne pouvais pas avancer. Mais finalement, j’ai fini par réussir. J’ai pu mettre en œuvre ce que j’avais appris en thérapie de mieux en mieux et l’intégrer dans ma vie jusqu’à ce que certains processus soient automatisés. Être avec des animaux m’a beaucoup aidé parce qu’ils m’ont accepté tel que j’étais : sans dérive, faible et ne fonctionnant pas. À cette époque, j’étais occupé avec des chats et des chiens, ils m’ont calmé et m’ont donné de la force en même temps. Depuis, l’angoisse que la dépression ne revienne, que je tombe dans de vieux schémas, que je néglige le moment où elle bascule, n’est plus très grande. Elle est toujours là, comme un témoin lumineux à l’arrière-plan qui m’avertit et me rappelle d’être prudent, de prendre soin de moi, de me fixer des limites et de prendre du temps quand il le faut. Ce qui reste, cependant, c’est de savoir que j’ai surmonté la dépression et que si elle frappe à nouveau, je réussirai à m’en remettre.


Nous sommes à votre écoute ! ×
Bienvenue chez Instahelp. Vous avez un problème personnel ou des questions concernant Instahelp ? Nous vous aidons avec plaisir.
Nous nous réjouissons de votre message et vous répondons dans un délai de deux minutes.